Table des matières

Stockage, manipulation et analyse de données matricielles avec PostGIS Raster

Téléchargez cette présentation au formar PDF

Intervenant

Pierre Racine (Université de Laval) oeuvre depuis maintenant près de 3 ans pour avoir un support raster utilisable depuis PostGIS (WKT Raster). Il est l'initiateur de ce projet, et un des contributeur et commiteur PostGIS.

Abstract

L’une des plus importantes nouveautés de PostGIS 2.0 est le support pour les données raster.

PostGIS Raster vient avec un outil d’importation semblable à shp2pgsql et basé sur GDAL et des opérateurs SQL pour la manipulation et l'analyse des données matricielles.

Le nouveau type RASTER est géoréférencé et multi-bandes et il supporte une valeur nulle (nodata) et un type de valeur de pixel par bande.

PostGIS Raster s’inspire du succès et de la simplicité de l’expérience vecteur offerte par PostGIS pour rendre toutes les opérations raster aussi simples que possible pour l’utilisateur. Comme dans le cas d’une couverture vecteur, une couverture raster est normalement divisée en un ensemble d’enregistrements (un enregistrement = une tuile) stockés dans une seule table (contrairement à Oracle Spatial qui utilise deux types et donc deux tables ou plus).

Il est possible d’importer une couverture complète et de la retuiler en une seule commande avec l’importeur et de multiples résolutions de la même couverture peuvent être stockées dans des tables adjacentes.

Toutes les propriétés des objets raster et de chacune des bandes peuvent être consultées ou modifiées ainsi que les valeurs des pixels.

Les opérateurs ST_Intersection et ST_Intersects fonctionnent pratiquement de manière transparente entre des données raster et vecteur et une série de fonctions pour l’algèbre matricielle (ST_MapAlgebra) permet de faire de l’analyse de type raster.

Des outils de créations de raster sont également fourni pour du développement PL/pgSQL.

Un driver GDAL pour convertir les couvertures raster en fichiers images est en développement et des plugins pour QGIS et svSIG existent déjà pour les visualiser.